Prochain moment

ANNULATION DE LA DECOUVERTE DU SAMEDI 12 OCTOBRE

Nous sommes contraints d'annuler la découverte initialement prévue le samedi 12 octobre au...

Mardi 08 Octobre 2019 (Jour entier)
ANNULATION DECOUVERTE DOMAINE MENARD-GABORIT

Retour en images

Retour sur les 50 ans : JOYEUX ANNIVERSAIRE

Vendredi 14 Juin 2019

QUEL BEL ET JOYEUX ANNIVERSAIRE  POUR SES CINQUANTE ANS QUE LA CONFRERIE NOUS A DONNE !

  • Lire la suite

La dernière Gazette

Gazette n°19 (2019)

 

  • Lire la suite
Quoi de neuf ?

Quelques points d'histoire

La tradition d'histoire de la viticulture dans la région nantaise où sont produits les Muscadet date d'un décret de l'empereur romain Probus (276-282) qui laissa ses soldats planter les premières vignes sur ce territoire. ( Il fut d'ailleurs tué par ses soldats qui lui reprochèrent une trop grande discipline...).

La viticulture s'est ensuite développée au cours du moyen Âge grâce à l'action des moines des abbayes du Pays Nantais dont Saint Martin de Vertou et ceux de Saint Philbert de Grand-Lieu. A l'époque, vins acides qui ne supportaient pas la comparaison avec les vins d'Anjou et de Touraine.

Au XVII° siècle, à la demande des courtiers Hollandais qui recherchaient des « petits vins » pour l'alambic, le vignoble se développa considérablement. A l'époque, la Bretagne dont le Pays Nantais était considérée comme étrangère avec la Guyenne, la Saintonge, la Provence, le Languedoc, le Dauphiné, le Lyonnais, la Flandre et l'Artois. Résultat: les taites (taxes sur les marchandises) étaient levées aux frontières notamment à la barrière d'Ingrandes sur Loire. Conséquence, les vins du Pays Nantais exportés depuis le port de Nantes sont moins chers que les vins Angevins ou tourangeaux.

On dit aussi que Louis XIV ordonna la plantation du Melon de Bourgogne après les gelées dévastatrices du grand hiver 1709.

Dès 1635, le mot muscadet est certifié par un document du village de Gorges. C'est ensuite que le cépage Melon fut introduit dans cette région en partie à cause de sa grande résistance au froid. Toutefois, malgré de nombreuses assertions, les origines exactes du vin de muscadet et son association avec le Melon de Bourgogne restent peu claires.

Le château de la Cassemichère à la Chapelle Heulin soutient que les premiers vins issus du Melon de Bourgogne pour produire les Muscadet furent transportés de Bourgogne et plantés ici en 1740.

Beaucoup pensent toutefois que le cépage Melon de Bourgogne fut introduit au Pays Nantais par les marchands Hollandais au XVIII° siècle.

La fin du XIX° siècle voit le vignoble Nantais gravement touché par le phylloxéra. Ce puceron arrivé accidentellement d'Amérique vers 1860dévore les racines et entraine la mort du cep. Seul traitement: le greffage qui consiste à fixer un greffon de Melon sur un porte greffe de plant Américain qui résiste à l'insecte. Des pépinières furent crées à partir de 1889 et les écoles apprirent aux viticulteurs à les réaliser.

Au XX° siècle, la côte des Muscadet est moins en vogue de par sa réputation de vin homogène, simple et manquant de personnalité. La fin du siècle voit son retour en grâce en partie à cause de l'expérimentation de nouvelles techniques de vinification pour amener plus d'arômes et de complexité. En 1890, l'essor se précise avec l'utilisation de barriques de chêne pour la cuvaison et la fermentation sur lie. Il faut attendre 1990 pour voir arriver la macération avant la fermentation. Ces différentes techniques provoquent une grande diversité tant dans le style que dans la qualité.

Ces techniques et bien d'autres depuis se développent avec les efforts faits par un certain nombre de vignerons « Stars » Qui adaptent leur art de nombreuses façons et produisent des Muscadet de très haut de gamme incontestablement parmi les meilleurs vins du monde au moins en rapport qualité prix. Il est loin le temps de « Petits blancs de comptoir » servis très jeunes en vins de soif et réservés aux huîtres. Qui aurait parié sur des vieillissements sur lie de 72 mois ? Qui aurait proposé des Muscadet de plus de 20 ans ou plus, différents certes mais merveilleux ? Qui aurait osé servir des Muscadet aux robes d'or pur ? Qui aurait osé servir de vieux Muscadet carafés ou servis à 11° ? Qui aurait osé servir des Muscadet tout au long d'un repas avec un immense bonheur et qui enfin aurait osé vendre des Muscadet au prix justifié des grands du vin blanc? Un début de réponse, longtemps, après les « cultivateurs » de la vigne, avec l'aide de certains écoles, ceux ci devinrent de véritables « Viticulteurs » ( qui cultive la vigne) avant d'être des « Vignerons » (qui cultive la vigne et qui fait du vin) Aujourd'hui évolution oblige, il en est de véritables artistes trop peu nombreux d'ailleurs. Quelle évolution et c'est sur! Ce n'est pas fini.

Pour l'anecdote : Certains disent que l'origine du terme muscadet viendrait de : vin au goût musqué ! Longtemps aussi, dans les cafés on ne commandait pas un muscadet mais un Vallet qui était en Bretagne une gloire nationale et Charles VI mentionne en 1415 le vin de Musquadet...

En l'honneur du bon vin, ho hisse et ho - Frappons tous dans nos mains, hardis matelots - Gastronomes de la Mer, ho hisse et ho - Levons et vidons nos verres, joyeux matelots.